Laboratoire de sociologie juridique - Jean Carbonnier

Laboratoire de sociologie juridique – Jean Carbonnier

Créé en 1968, le Laboratoire a été successivement dirigé par les professeurs Jean Carbonnier, Georges Levasseur, François Terré, Michel Germain et Nicolas Molfessis. Son directeur est actuellement Dominique Fenouillet, professeur de droit privé à l’Université Panthéon-Assas Paris II.
Le 6 mars 1970 était signée entre l’Université Paris II et le CNRS une convention relative à une nouvelle Equipe de Recherche Associée (ERA n° 245). Ses travaux avaient pour but « la recherche et la mesure des variations normatives et institutionnelles concomitantes aux transformations de la société contemporaine », ainsi que l’expliquait à l’époque Henri LEVY-BRUHL, professeur à la Faculté de Droit. Il s’agissait bien de favoriser des recherches en sociologie juridique, quelques années après l’entrée officielle de cette nouvelle science du droit, de ce « Droit, expression d’une société en mouvement, en perpétuel devenir, ce Droit en train de se former ou de se déformer ».
Le Laboratoire a progressivement constitué son esprit, défini ses ambitions et expérimenté ses méthodes de travail. Avec une équipe à laquelle participent, selon les thèmes et les activités, environ 15 personnes, le Laboratoire de sociologie juridique a mis en oeuvre une politique scientifique centrée autour de la connaissance et de la genèse de la norme dans plusieurs domaines : le droit de la consommation, le droit de la famille, le droit des personnes, le droit des successions, etc.. Il a également développé une politique scientifique destinée à mieux comprendre le rôle et les méthodes du juge dans nos sociétés contemporaines, contribuant ainsi de manière essentielle à la sociologie judiciaire.
A partir de 2009, il a entamé une réflexion sur le pluralisme juridique. Ce pluralisme illustre bien l’évolution juridique contemporaine qui tend à ne plus se référer à un seul modèle mais à appréhender la réalité juridique dans toute sa diversité. C’est dans ce cadre qu’ont été organisés une série de recherches et colloques dans le domaine de la famille, des sources du droit; des sanctions, ou encore des renonciations en matière successorale.
Le Laboratoire a en outre travaillé activement à donner une large visibilité à la sociologie du droit en répondant à des appels d’offres émanant d’organismes officiels et en participant à la réflexion engagée sur des réformes contemporaines : statut du tiers en matière familiale, assistance médicale à la procréation, lobbying, renonciations en matière successorale…
Depuis la rentrée universitaire 2016, le Laboratoire organise tous les ans une série de séminaires portant sur de grandes institutions juridiques sous le titre imagé de « Flexibles notions ». L’année 2016-2017 était consacrée à la responsabilité civile.